Enseignement

La dyslexie : comment la détecter ?

De nombreux enfants souffrent de difficultés au moment de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Toutes ne sont pas simples à détecter, et si certains petits élèves ont simplement besoin de plus de temps ou de travail, d’autres doivent se battre contre un trouble bien connu, mais encore négligé, la dyslexie. Pour aider au mieux les enfants à surmonter ces obstacles, voici quelques astuces.

La dyslexie c’est quoi ?

Comme l’explique Marie Bru, neuropédiatre, « 7 % environ des élèves d’une classe d’âge sont dyslexiques ». Cela parait beaucoup, et pour cause. La majorité des cas ne sont pas détectés. En effet la dyslexie touche aussi bien les enfants en bonne santé, dynamique, bien sur le plan psychologique et physique, que ceux qui peuvent souffrir d’un retard mental. Lorsque notre enfant « va bien », on peut avoir tendance à négliger ce type de pathologies, alors qu’une détection rapide pourrait changer bien des choses !

La dyslexie se caractérise par des difficultés pour l’enfant à apprendre à lire et à écrire. Pour ceux qui en souffrent, ces moments sont tout bonnement beaucoup plus compliqués que les autres apprentissages. Ils doivent prendre le temps de décoder chaque lettre, de les associer. Pour les aider, des séances chez un orthophoniste sont la clé. Le professionnel du langage va mettre en place des méthodes et donner à l’enfant des moyens pour compenser cette difficulté et lui permettre d’apprendre au même rythme.

Les signes qui ne trompent pas

Il est possible de s’interroger rapidement sur les difficultés que peuvent rencontrer les enfants. Par exemple, un enfant qui a du mal à s’exprimer autour de trois ans, ou qui n’est compris que par ses parents, peut présenter une dyslexie. Même s’il faut garder à l’esprit que la dyslexie ne peut être diagnostiquée qu’autour de 5 ans, quand l’apprentissage de la lecture commence, il est intéressant de prêter attention à tous les signes. Ainsi, vers 4 ans, si l’enfant à du mal à se situer dans le temps et l’espace, s’il ne mémorise pas bien les comptines, s’il ne parvient pas à taper dans ses mains en rythme lorsqu’il commence à apprendre le découpage des syllabes par exemple, il souffre peut-être de dyslexie.

Bien sûr, rien ne sert de paniquer, il peut aussi bien s’agir de fatigue, ou d’autre chose, mais une consultation permet d’évaluer les risques. L’orthophoniste commence généralement par prescrire des tests visuels ou auditifs. A la maison, on ne cherche pas à tout régler seul, mais on privilégie les activités qui stimulent la mémoire et la curiosité. De même, on lit une histoire le soir pour enrichir le vocabulaire !

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus lus

Haut

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer