Environnement

Le coton bio : c’est vraiment mieux ?

Le terme « bio » est vendeur. De nombreuses marques l’ont bien compris et se sont depuis appropriées le concept. Face à l’obsession de la nouvelle génération de consommateurs pour les produits bio, les producteurs de coton se sont aussi adaptés. Mais qu’y a-t-il de vrai derrière les promesses du coton bio ? 

Les promesses du coton bio

Sur papier, le coton bio garantit un mode de production durable et plus respectueux de l’environnement et des hommes. De plus en plus de consommateurs font de nos jours, plus attention à la manière dont le coton est produit et où.

Aujourd’hui, plus de 20 pays en Afrique et aux États-Unis produisent du coton bio sans OGM, ni d’engrais synthétique, ni pesticides chimiques, ni insecticides. L’aspect environnemental et la santé des cultivateurs deviennent donc une priorité notamment pour l’OMS qui a alerté l’opinion internationale sur l’augmentation du nombre de cas de cancers chez les travailleurs du coton.

Le coton certifié bio porté à même la peau garantit également l’absence de traitement au chlore ou de blanchiment. La certification GOTS assure donc que le produit a passé une batterie de contrôles tout au long de la chaîne de production. Sur le plan santé, le coton bio est donc assurément un produit sans effets allergènes.

La méthode écologique donne des rendements moins importants ce qui affecte le prix (20% de plus que dans la culture conventionnelle). Mais la certification « commerce équitable » dans l’industrie du coton vise à un meilleur partage des bénéfices entre les grosses entreprises et la main-d’œuvre locale.

La réalité est-elle tout autre ?

L’industrie textile est réputée pour être la deuxième activité la plus polluante du monde après le pétrole. Bio ou pas, la culture cotonnière est très consommatrice d’eau issue d’irrigation (il faut 5300 litres d’eau pour extraire 1 kg de coton). Actuellement, la sollicitation de la nappe phréatique est toujours aussi importante même si on constate une diminution notable de la consommation d’eau avec le bio. Le traitement des eaux usées reste problématique.

Malgré la présence du label, il est impossible de garantir que toutes les marques de coton bio sur le marché respectent parfaitement les normes. Il faut en effet, beaucoup de temps pour contrôler toutes les étapes comme la préparation des graines, la préparation du sol, le contrôle des mauvaises herbes, le filage, le blanchiment, la teinture, le traitement, etc… .

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus lus

Haut

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer