Veuillez excuser la présentation du site qui change assez régulièrement suite aux attaques de gentils hackers de la fachosphère . Ces petites personnes nous prônant la liberté d'expression n'acceptent pas voir certaines informations fâcheuses démontrant qu'ils ne sont que des pions de certains gourous faisant du fric sur leurs dos . Nous ne sommes pas sorti de cette crise qui commence.

Plus de détails ICI


Ne vous laissez pas intimider par tous ces trolls qui nous pourrissent le web et montrez leur qu'il y a beaucoup de monde ne pensant pas comme eux!



  


Relançons l'idée de Cantona, reprenons le pouvoir sans violence :




28.500 conteneurs de déchets radioactifs au large de la Hague !

Inscrivez-vous à la newsletter

Les plages de la Manche vont elles définitivement perdre leur pavillon bleu?

Atommüll im Ãrmelkanal / ARTE

Après l ‘ACRO qui à découvert 110 Bqs/l de tritium dans l’eau de mer au large de la Hague ce sont maitenant les Allemands qui viennent d’en rajouter une couche par l’intermédiaire de leur magazine SPIEGEL ON LINE  , qui indique que pas moins de 28 500 fûts de matières radioactives ont été immergées par les Anglais dans les années 50/60 au large de nos cotes. En effet selon un rapport d’enquête publié par ce magazine, la SWR allemande de radiodiffusion publique a envoyé un drone télécommandé sous-marin dans les profondeurs du Channel, où ils ont découvert deux fûts de déchets nucléaires à une profondeur de 124 mètres (406 pieds) à quelques kilomètres des côtes françaises.

 

L’information a été reprise par le blogueur veilleur de Fukushima GEN4 dans un article fracassant   qui dénonce également l’autorisation de rejets radioactifs d’ AREVA dans ce secteur. Ce sont quelques 17.224 tonnes de déchets de faible activité radioactive, sous forme de fûts qui ne demandent maintenant qu’à s’éventrer depuis le temps qu’ils sont dans l’eau de mer, et qui se situent dans la vallée sous-marine de la Manche qui est connu sous le nom de Hurd Deep, juste au nord de l’île d’Aurigny, selon l’Agence internationale de Agence de l’énergie (AIEA). 

Les fûts britanniques sont estimées contenir 58 trillions de becquerels , tandis que des fûts belges contiendraient eux, 2,4 trillions de becquerels. A titre de comparaison, la limite de l’Union européenne pour l’eau potable est de 10 becquerels par litre !

« Nous pensons qu’il ya encore de nombreux barils en bon état là-dessous« , estime le journaliste de la SWR Thomas Reutter pour le SPIEGEL ONLINE, ajoutant qu’il était très peu probable que l’expédition du radiodiffuseur ait découvert que les seuls conteneurs intacts du lot…

Mais ces fûts radioactifs Allemands selon GEN4, ne sont rien comparé aux rejets autorisés à la Hague toute proche : avec 19 PBq de rejets radioactifs “autorisés” par an, l’usine de La Hague peut ainsi se permettre de déverser 327 fois chaque année les 28.500 fûts radioactifs immergés en plus de dix années par les anglais ! 

Bonne baignade, avec la bénédiction de notre gouvernement pour qui le nucléaire est une solution d’avenir ! et qui ne sait toujours pas quoi faire de ses déchets !  

Source : http://www.spiegel.de/international/europe/legacy-danger-old-nuclear-waste-found-in-english-channel-a-893991.html

************************

Le reportage de l’équipe de SWR sera diffusé en France le mardi 23 avril à 20h50 sur la chaine ARTE.

************************

Quelles sont les raisons de s’inquiéter ?

Un débris de cœur de réacteur, aussi petit soit-il, est dangereux et le restera pendant des milliers d’années, aucun doute là-dessus. Pour ce qui est de ce tritium, c’est une toute autre histoire.

Cet article n’a pas vocation à particulièrement jouer sur la peur et la méconnaissance des gens qui pourraient le lire.

Avant d’être exagérément alarmistes et pauvrement documentés sur la teneur scientifique d’un danger radioactif,  beaucoup de choses demandent à être précises, à commencer par le taux des Becquerels et des Becquerels par litre, ou les gros chiffres qui ne parlent pas mais font peur.

Si vous effectuez une recherche Google, vous trouverez que le tritium est plutôt inoffensif et naturellement radioactif  comme la Badoit, ou le pain, et qu’il est probablement déjà totalement désintégré depuis le temps (sa demi-vie étant de 12 ans). À noter que le tritium n’est qu’un isotope de l’hydrogène, qui se désintègre en un électron et un noyau d’hélium-3. On a donc pas affaire à des produits de fission style Xénon ou Césium qui vous envoyent des brouettes de rayons gamma qui vont mettre le bazar dans notre organisme; car il faut savoir qu’il y a radioactivité et radioactivité…

N’allons donc pas crier sur tous les toits à la contamination radioactive des plages, au point qu’il ne restera que des mailllots de bain en plomb comme seule alternative d’été ! Cependant certaines statistiques dans ce secteur indiquent visiblement que  les leucémie et les cancers explosent.
Le document PDF ici téléchargeable pourrait vous éclairer sur la question : http://www.idealmag.org/28-500-futs-de-matieres-radioactives-au-large-de-la-Hague-_a718.html

Le problème des déchets nucléaires est crucial, et des solutions restent encore à trouver, mais être informé(e) et ne pas céder à la panique fait aussi preuve d’intelligence.
 

La question que nous pourrions nous poser, c’est « n’y a-t-il pas un minimum de « sérieux » ?

Pourquoi donner à la Presse la possibilité de révéler qu’on nous cache quelque chose d »aussi inquiètant que des fûts de produits radioactifs ? Que font les membres verts du gouvernement ? Est-ce qu’on les entend crier haro sur les fûts ou sur les responsables de cet état de choses ?


************************

Le reportage de l’équipe de SWR a été diffusé en France le mardi 23 avril à 20h50 sur la chaine ARTE.

 

Source :  iDealMag

 

Comments

comments

Partager cet article